Vous voulez adopter un chien ?

 

C’est décidé, vous voulez un chien ! Un chien de plus, ou un chien tout court. Oui, mais… Avez-vous exploré tous les aspects de la question ? Je vous donne les 7 points les plus importants pour bien accueillir votre nouveau chien, et démarrer une belle histoire avec lui.

1. Faire mûrir le projet

Avoir un chien est une aventure merveilleuse. Aventure qui nécessite cependant réflexion, et ce sur plusieurs aspects. Voici quelques questions à se poser avant de franchir le pas : mon milieu de vie est-il compatible avec la présence d’un chien et répond-il aux besoins généraux d’un chien ? Ai-je le temps de m’en occuper, de lui faire faire des activités qui lui plaisent, de jouer avec lui, de prendre des cours de temps en temps si nécessaire, de lui faire des câlins, les soins nécessaires, et ce, chaque jour, jusqu’à la fin de sa vie ? Qu’est-ce que je compte faire de lui ou avec lui pendant les vacances des 15 prochaines années ? Si je fais des enfants ? Si je change de travail, si j’ai un nouveau compagnon, si je me sépare ? Qu’est-ce que je prévois si je déménage ? Si mes projets personnels et / ou professionnels changent ?

En résumé : avez-vous pensé à tout ce qui est prévisible et êtes-vous sûrs de vous à 100% ?

2. Bien choisir chez qui on va prendre notre futur compagnon

Vous le savez, je suis très attachée à l’adoption, c’est à dire prendre son chien dans un refuge ou une association. Ces derniers sont plein à craquer de supers chiens, de tous âges, de toutes tailles, des croisés, des chiens de races, de toutes les origines possibles. Je ne peux que vous encourager à vous engager dans cette voie ! Vous hésitez à adopter ? Foncez lire mon dernier article sur le sujet.

En refuge ou en association, vous serez conseillés non pas sur une race, mais sur un individu ! On prendra normalement également le temps de vous interroger de façon approfondie sur votre projet, votre environnement, votre tempérament, vos attentes, mais aussi on étudiera la compatibilité avec le chien que vous avez initialement repéré.

Quoiqu’il en soit, veillez à ce que dans ces lieux, les chiens soient bien traités, respectés, et soignés. N’oubliez pas que lorsque l’on prend notre chien quelque part, on cautionne ce lieu en encourageant ce qui s’y passe. Préférez valoriser les lieux d’accueil qui vous parlent et où l’on ne rajoute pas de traumatisme aux chiens qui y séjournent ou aux chiens qui y naissent à cause de conditions de détention incompatibles avec leurs besoins émotionnels mais aussi sociaux, mentaux et physiques. Certaines associations et certains refuges font un travail exceptionnel en terme d’accueil, certes non destiné à être permanent, mais où l’environnement est pensé pour minimiser le stress des chiens recueillis en attendant leur famille pour la vie. Veillez à ce que le lieu d’accueil ne fonctionne pas au coup de cœur en vous mettant nez à nez avec un chien qui ne correspond en rien à ce que vous pouvez offrir comme foyer : un refuge ou une association, ça n’est pas un supermarché dans lequel on fait ses courses et où l’on peut repartir après avoir « craqué » sur un article attrayant ou qui fait de la peine car mal en point, c’est un lieu d’accueil qui sauve des chiens aux profils et besoins très variés et tous les chiens ne seront pas heureux dans toutes les familles, tout comme toutes les familles ne seront pas aptes à vivre avec tous les chiens. Bien sûr, toutes les familles peuvent se former et s’informer, mais, afin d’éviter au chien de revenir au refuge peu après ou de se retrouver dans une famille qui ne comble pas ses besoins, et d’en souffrir (et souvent de faire souffrir la famille !), il est important d’être lucide et bien accompagné pour accorder notre profil et celui du chien qu’on accueillera, ce qui passe par le choix d’un refuge qui professionnalise l’adoption, qui maîtrise bien le sujet du placement, avec honnêteté et transparence…. quitte à vous refuser un chien !

3. Bien choisir le chien que l’on va accueillir

Nous rentrons peu à peu dans le vif du sujet ! Vous êtes sûrs d’être en mesure d’accueillir un chien, et vous savez chez qui vous allez prendre votre compagnon. Regardons maintenant de plus près les questions à se poser concernant le chien lui-même.

Je vous invite à vous interroger sur les prédispositions génétiques de votre future meilleur copain à quatre pattes. Au delà d’un look qui vous plaît, est-ce que sa génétique et les comportements qui vont avec pourront vous convenir à long terme, et surtout, seront compatibles avec vos attentes, vos possibilités de gérer ces comportements et de combler les besoins qui y sont liés ? Attention, pour les croisés, c’est parfois un peu la surprise, et ça n’est pas forcément le côté génétique physique apparent qui donne la génétique du comportement !

Est-ce que la personnalité du chien choisi – son caractère à lui, ses goûts à lui, ses besoins à lui, son fonctionnement à lui – et non les caractéristiques générales de la race – vous correspond, indépendamment de son look ou de sa race ? Est-il capable, compte tenu de tout ce qui le constitue – son passé, son âge, ses prédispositions… – d’apprendre tout ce que vous attendrez de lui pour votre vie quotidienne et vos projets de vie à venir ? Est-il équipé pour s’adapter à tout ce qu’on va lui faire vivre ? Jusqu’à quel point êtes-vous prêts à faire des compromis et à travailler sur vous pour apprendre à l’aider s’il a besoin de vous pour cela ? Qu’est-ce qui sera primordial pour vous et qu’est-ce qui pourra être adapté ou remis en question ?

Je ne peux que vous inviter à mener votre réflexion en vous délestant de tout critère « mode », car, malheureusement, ça n’est pas parce que le chien a un physique qui vous séduit, et qui est en ce moment populaire, que ce chien sera heureux et épanoui avec vous (et il n’y a pas à aller chercher loin pour savoir qu’un chien qui va mal, c’est très souvent l’équivalent d’un cauchemar, et d’un nouvel abandon !)

4. Allez rendre visite au futur élu de votre cœur

Vous pensez avoir enfin trouvé votre chien ! Il est maintenant temps de dédier quelques moments à la rencontre, afin de faire connaissance et si votre choix se confirme, de l’aider à se lier à vous afin de faciliter son adaptation quand il sera chez vous. Allez vous en occuper, passer des moments agréables avec lui, poser des questions aux personnes qui s’en sont occupé jusqu’à maintenant. Mon conseil : munissez-vous de morceaux de jambon et de fromage et offrez-les lui, avec l’accord du refuge bien sûr, sans rien demander ni attendre de lui, comme on offre une boîte de chocolats ou un bouquet de fleurs ; soignez la première impression ! Cela permet de nouer un lien basé sur des émotions plaisantes. Bien-sûr, pensez à demander, pour cela, à pouvoir passer un moment sans autre chien que le vôtre si cela est possible afin de ne pas déclencher de conflits s’il y a d’autres chiens, à cause de la nourriture. Vous aurez aussi pris soin de demander si votre futur protégé n’a pas d’allergies alimentaires !

La première impression que vous ferez au chien que vous allez rencontrer est importante. Ne forcez pas le contact : il a le droit de ne pas vouloir être touché tout de suite. Apprécieriez-vous d’être touché par un illustre inconnu sans autre forme de procès ? Pour la petite anecdote, à ma rencontre avec Chichina, mon premier chien rien qu’à moi, il m’a fallu une bonne demi-heure pour pouvoir être approchée par ce petit bout de chien craintif et tremblotant… Elle avait fui à l’autre bout de la pièce en nous voyant arriver. Pourtant, dès le soir de son adoption, elle s’endormait étendue de tout son long sur mon ventre, et nous avons été très fusionnelles toute sa vie.

Laissez-le venir à vous, en restant calme, et offrez-lui les morceaux de nourriture un à un, au fur et à mesure, en lançant la nourriture au sol s’il n’ose pas vous approcher tout de suite. Oubliez pour le moment vos attentes en termes d’éducation et de bonnes manières, et concentrez-vous sur la relation en construction !

5. Préparez son arrivée

Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un professionnel pour qu’il vous aide à faire les aménagements nécessaires, lui poser les bonnes questions avant l’arrivée du chien. Où va-t-il dormir ? Quels jouets lui acheter ? Quel matériel de promenade ? Que faut-il savoir avant l’arrivée du chien ? Comment l’aider à intégrer au mieux sa nouvelle famille et à s’y sentir bien ? Quelles erreurs ne pas faire avec lui, surtout s’il a eu un passé difficile ?

Sur Internet, on trouve tout mais aussi n’importe quoi, des conseils trop généralistes à ceux d’un autre temps. Un accompagnement avec un professionnel formé pour cela vous offrira des solutions personnalisées et des grandes lignes pour accueillir dans les meilleures conditions possibles votre futur chien. Si vous souhaitez que ce soit moi qui vous accompagne pour cela, contactez-moi sans plus attendre !

6. Votre chien est enfin arrivé ! Laissez-lui le temps de prendre ses repères

Il est là ! Nous y sommes enfin, à ce fameux jour où votre meilleur ami canin entre dans votre vie. Veillez à ce qu’il puisse se reposer autant que nécessaire. Changer de lieu de vie, ça fatigue, et, selon la provenance du chien, ils peuvent être carrément épuisés et même stressés. Ne laissez pas les enfants et les autres animaux venir l’importuner s’il se repose ou mange, et veillez à ce qu’il ne soit pas trop sollicité.

Prenez-soin de la relation naissante entre vous et lui, mais aussi entre lui et le reste de la famille. Gardez en tête que le chien que vous avez sous les yeux n’est pas votre chien, mais sa version perturbée, en perte de repères.

A vous de l’aider à s’apaiser, à vous apprécier, à vous comprendre et à apprendre, de façon agréable et épanouissante, la vie à vos côtés.

7. N’attendez pas que les problèmes s’installent avant de faire appel à un professionnel

Plus un comportement gênant – que ce soit pour vous ou pour le chien lui-même – est pratiqué, plus il sera difficile à faire disparaître. Votre nouveau chien fait quelque chose qui vous gêne, vous inquiète, vous interroge ? N’hésitez pas une minute et faites appel à un professionnel dont l’approche vous permettra d’améliorer votre quotidien tout en permettant à votre chien de se sentir bien auprès de vous et de gagner en bien-être. C’est un investissement durable : votre chien va, je vous le souhaite, probablement vivre une bonne quinzaine d’années !

Vous hésitez à vous lancer dans l’adoption ? Allez lire cet article que j’ai écrit sur le sujet il y a quelques années, en concertation avec une association de protection animale qui maîtrise bien le sujet : 7 idées reçues sur l’adoption – Marine Coach Canin